La rémunération variable : un outil de reconnaissance au travail ?

Bien-être au travail

La rémunération variable : un outil de reconnaissance au travail ?
25 sept. 2020

La reconnaissance au travail est un enjeu central dans la gestion des ressources humaines, et d’autant plus dans un contexte où les employés se posent de plus en plus de questions sur le sens de leur travail.

La reconnaissance au travail serait ainsi l’une des clés de l’épanouissement professionnel des salariés, mais aussi de leur fidélisation. Alors que selon une récente étude d’Odoxa-Dentsu Aegis Network relayée par Welcome to the Jungle, plus de sept salariés français sur dix estiment “ne pas être reconnus à leur juste valeur dans leur travail”, la question de l’importance de la reconnaissance au travail se pose. Comment se manifeste la reconnaissance au travail ? Quel lien entre reconnaissance des efforts déployés par les salariés et rémunération ?

Dans cet article, retour sur le concept de reconnaissance au travail et sur son lien étroit avec les notions de rémunération, de performance et d’engagement.

 

La reconnaissance est un besoin humain avant d’être un besoin professionnel

La reconnaissance au travail joue un rôle central dans la construction de l’identité individuelle. Les individus ont besoin d’être reconnus par leurs pairs, ceci conditionne leur place dans un groupe et plus largement dans la société. "Généralement notre besoin de reconnaissance ne se fait pas vis-à-vis de n'importe qui, mais plutôt par rapport à des personnes ou groupes "référents". Des entités reconnues de soi comme ayant une certaine valeur morale, éthique, hiérarchique, culturelle, ou affective, voire tout cela en même temps", explique la psycho-praticienne Lysiane Panighini dans un article lexpress.fr. Elle souligne l’importance du regard porté par le manager sur son collaborateur : “plus la personne ou le groupe a une importance pour nous, et plus le besoin de reconnaissance peut être grand”.

 

La reconnaissance au travail est une des conditions du bien-être au travail

Difficile de parler bien-être au travail, sans évoquer le sujet de la reconnaissance individuelle. L’employé, membre d’un groupe et d’une organisation symbolisée par l’entreprise, a besoin d’obtenir une certaine reconnaissance pour se sentir utile et pleinement à sa place. D’un point de vue pratique, la reconnaissance au travail se manifeste par la vision qu’ont l’entreprise et ses managers de la fonction du salarié, de la qualité de son travail, mais aussi de son niveau réel de responsabilité et de rémunération. En plus de la reconnaissance de l’efficacité du salarié, s’ajoute ainsi la considération de sa personne en tant qu’individu. En effet, l’entreprise doit à la fois pouvoir reconnaître la qualité du travail fourni par le collaborateur tout en considérant sa singularité et ce qui le différencie des autres membres de l’organisation.

 

Reconnaissance au travail et performance en entreprise : le combo gagnant ?

Selon une récente étude réalisée par Welcome to the Jungle en avril 2020, plus de 17% des salariés en télétravail ont affirmé “qu’ils se sentiraient davantage engagés s’ils avaient plus de reconnaissance de la part de leurs employeurs”. Il existe en effet un lien direct entre reconnaissance individuelle et performance professionnelle. La reconnaissance du manager entraînerait ainsi une plus forte implication des salariés dans leur travail.

Ainsi, d’après une étude réalisée par les cabinets Fidal, Amplitude et l’Anact (l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail), 49% des personnes interrogées ont estimé que la reconnaissance de leur travail avait pour conséquence plus d’implication, d’autonomie, mais aussi de liberté dans leur travail. Par ailleurs, selon les mêmes sources, elles seraient plus de 47% à corréler reconnaissance au travail et “amélioration de la productivité globale du service” auquel elles appartiennent.

La valorisation des réussites individuelles générerait ainsi plus de confiance chez les salariés qui se sentent capables de relever des challenges plus audacieux.

 

RELANCER VOS ÉQUIPES SUR LE CHEMIN DE LA PERFORMANCE Retrouvez 7 outils de  coaching pour rédémarrer votre activité après la crise sanitaire    DÉCOUVREZ LE RESTART PROGRAM

 

Le principe de “rémunération reconnaissante”

D’après certains économistes, la rémunération, la reconnaissance, mais aussi l’engagement et la performance sont des leviers qui s'entretiennent les uns les autres. Ainsi, un article sia-partners.com revient sur les théories du salaire d’efficience développées par Joseph Stiglitz, économiste américain spécialiste du marché de l’emploi et nous explique :

“la reconnaissance du travail est un élément d'engagement et de motivation : si l'on reconnaît, c'est pour impliquer, pour motiver, pour fidéliser. En tant que telle, la rémunération poursuit le même objectif : c'est le fameux salaire d'efficience, or, celui que l'on veut fidéliser, impliquer et motiver, c'est celui qui est performant !”

Ainsi, la reconnaissance au travail passe indéniablement par la rémunération, et ces deux éléments s’autoalimentent pour générer de la performance et fidéliser les meilleurs éléments.

 

Cycle vertueux de la reconnaissance en entreprise
 

Cercle vertueux de la reconnaissance au travail.

source : infographie issue du site sia-partners.com

 

Si la reconnaissance va au-delà de la rémunération, elle n’en reste pas moins directement associée

Selon l’étude de rémunération 2019-2020 menée par le cabinet Walters People, les jeunes diplômés placent la rémunération comme premier critère de choix dans la sélection de leur premier emploi. Les générations Y et Z appréhendent l’avenir avec confiance et sérénité, mais surtout avec pragmatisme : plus de 76% d’entre eux placent la rémunération en premier critère de choix dans la recherche d’un poste.

L’étude offre une solution à explorer pour les entreprises en quête de jeunes talents : le volet de la rémunération. Pour séduire les jeunes, pour lesquels la rémunération a une importance primordiale, il faut leur proposer un salaire à la hauteur de la reconnaissance qu’ils estiment mériter, en fonction de leur profil académique, mais aussi des expériences de stage ou d’alternance qu’ils possèdent. En effet, il est important de souligner, qu’en plus du parcours académique de chaque jeune diplômé, et la nature de sa formation, plus ou moins sélective et “cotée” sur le marché de l’emploi, certains jeunes, à l’issue de leurs études arrivent sur le marché de l’emploi avec déjà plusieurs années d’expérience professionnelle (stage, apprentissage, périodes de professionnalisation).

 

La rémunération est un levier de reconnaissance et de performance : comment l’utiliser ?

Augmenter le salaire fixe de ses collaborateurs pour valoriser leur travail n’est pas toujours possible. Dans le contexte de crise sanitaire qui profile une crise économique en 2021, les entreprises et notamment les PME et TPE auront les plus grandes peines à se projeter financièrement. Et les charges relatives à la masse salariale n’échappent pas à cette incertitude qui s’est emparée de toutes les entreprises françaises. Néanmoins, ces dernières peuvent utiliser d’autres moyens pour parvenir à récompenser les collaborateurs et les motiver financièrement : la rémunération variable.

La mise en place d’un dispositif de rémunération variable peut être un levier efficace de reconnaissance financière des salariés. Primes sur objectifs, commissionnement, challenges, etc., les moyens de valoriser le travail de vos collaborateurs sont nombreux. En parallèle à une politique volontaire en matière de rémunération variable, il est important de “donner du sens” au travail de chacun. Le but ? Lutter contre les démissions, le désengagement, mais aussi limiter les risques psycho-sociaux et préserver la santé psychologique de vos salariés. Il sera important de tenir compte du caractère de chaque individu, des particularités et des enjeux de chaque type de métiers pour proposer un système de rémunération variable adapté et qui sera en capacité de générer de la performance dans de bonnes conditions pour les collaborateurs.

Enfin, le management de la performance post-covid se doit d’être plus axé sur l’humain. Le manager doit reconnaître le travail de ses collaborateurs en leur montrant de la confiance, en leur proposant une évolution professionnelle, des formations et en entretenant une relation de respect et de bienveillance avec chacun. Qu’elle passe par la rémunération fixe ou variable, ou par des dispositifs de bien-être au travail, la reconnaissance au travail peut être source de danger si elle n’est pas prise au sérieux par les entreprises. Ainsi, selon une récente étude Dares réalisée par le ministère du Travail, le manque de reconnaissance triplerait le risque de maladie, et doublerait celui du risque dépressif chez les salariés français.

Vous souhaitez redynamiser vos équipes et leur montrer votre reconnaissance ? Découvrez les outils de notre Restart Program et mettez en place des dispositifs de rémunération variable qui motiveront et fidéliseront vos collaborateurs !

 

OBTENEZ VOTRE TOOLBOX GRATUITE Découvrez les 7 outils tirés de nos 25 ans  d’expertise et adaptés aux problématiques de sortie de la crise sanitaire    ACCÉDEZ AU RESTART PROGRAM

A propos de l'auteur

Après 15 ans passés dans des postes de management opérationnels dédiés à l’efficacité commerciale dans de grands groupes, conscient de l’enjeu que représente la rémunération variable en termes de motivation, d’équité et de performance, je me consacre depuis 10 ans à la création et la refonte de dispositifs de primes pour les entreprises de tous secteurs d’activité.

Recevez notre newsletter

Articles similaires

31 juil. 2019

Droit à la déconnexion : se « déconnecter » du travail pendant les vacances

En 2017, 34% des hommes et 65% des femmes confiaient pratiquer la déconnexion totale pendant leurs congés. Ils sont respectivement 38% et 29% aujourd'hui. C'est chez les femmes que l'évolution est la plus flagrante (Étud...

24 oct. 2018

Lutter contre la souffrance au travail : quel rôle pour la rémunération variable ?

D’après l’Institut de veille sanitaire, sur l’année 2017, la souffrance psychique au travail aurait directement concerné près de 480 000 Français, parmi eux, 12 à 13 % présenteraient des signes de burn-out.

21 sept. 2017

S'inspirer des meilleures entreprises : bien-être et performance

En regard du classement Great Place to Work 2017, quelles sont les pratiques des entreprises afin de mêler bien-être et performance et comment vous en inspirer ?

REJOIGNEZ LA DISCUSSION