Pourquoi les femmes négocient-elles moins leur salaire que les hommes ?

Ressources Humaines

Pourquoi les femmes négocient-elles moins leur salaire que les hommes ?
22 janv. 2019
« L’écart de salaires entre femmes et hommes est aujourd’hui équivalent à 23% en France. Pour réduire cet écart, l’accompagnement à la négociation est un des leviers majeurs (avec la sensibilisation des entreprises et la lutte contre les stéréotypes). »

Selon une étude RégionsJob publiée en février 2016, quand un tiers des salariés français ont obtenu une augmentation de rémunération en 2015, elles sont seulement un quart de salariées à avoir bénéficié d’une revalorisation de salaire la même année. Comment expliquer cet écart d’augmentation entre hommes et femmes ? D’où viennent les différences en termes de niveaux de salaire entres les deux sexes ? Les femmes négocieraient moins leur salaire que les hommes, aussi bien au moment de l’embauche, que tout au long de leur carrière professionnelle. Face à cette problématique, un dispositif original a vu le jour à l’initiative de l’école de commerce de Nantes, Audencia Business School. Le programme baptisé « Négotraining » propose ainsi aux femmes d’apprendre à se vendre et à négocier une augmentation. Cette formation a ainsi pour ambition de les coacher davantage à négocier leur salaire et mettre en avant leurs compétences !

Dans cet article, retour sur cette formation qui répond à un véritable enjeu de société : plus d’égalité entre les hommes et les femmes dans le monde du travail.

Pourquoi les femmes négocient-elles moins leur salaire que les hommes ?

Selon une récente étude RégionsJob, lorsqu’ils sont en poste, hommes et femmes ont une même technique de négociation : 50% des femmes et 52% des hommes « donnent une fourchette de salaire attendu » même si les femmes attendent plus souvent qu’on leur « fasse une proposition » que les hommes (35% contre 31%).

La posture adoptée par les femmes n'explique pas à elle seule ce phénomène

negotraining-femmesD’après le Forum économique mondial, il faudra attendre l’année 2186 soit 170 ans pour espérer atteindre l’égalité salariale entre hommes et femmes dans le monde. Cette différence de salaire, qui s’installe dès le premier emploi et se poursuit généralement jusqu’en fin de carrière, est le résultat d’une convergence de plusieurs éléments impliquant à la fois le comportement des femmes elles-mêmes, mais aussi celui des recruteurs, qui encore aujourd’hui tendent à proposer plus facilement un salaire plus élevé à un homme qu’à une femme aux profils strictement identiques.

Dans une enquête réalisée auprès de 2000 salariés en 2016, RégionsJob s’est ainsi intéressé à la question du salaire et notamment à la manière dont les femmes et les hommes abordaient le sujet. Le constat est sans appel : quand 31% des hommes obtiennent une augmentation de salaire en 2015, elles ne sont que 25% de femmes à obtenir une hausse de leur rémunération, alors qu’elles sont plus nombreuses à avoir demandé une augmentation de salaire (41% contre 39% des hommes). Comment alors expliquer une telle différence ? Les demandes d’augmentation de salaire formulées par les femmes aboutissent moins que celles initiées par des hommes.

Des inégalités observées dès l'étape de recrutement

Cette situation soulève plusieurs questions : les femmes savent-elles moins bien négocier leur salaire que les hommes ? Osent-elles se mettre en avant et valoriser leur travail ? Les femmes souffrent-elles de l’influence de stéréotypes de genre ? S’agit-il d’un problème de confiance et d’affirmation de soi ou les causes sont-elles plus complexes et en lien avec la structure même du monde du travail en France ? Les causes expliquant les différences en termes de négociation de salaire sont nombreuses et complexes, néanmoins, une chose est sûre, nous ne pouvons certainement pas les réduire uniquement à une différence d’attentes entre les sexes.

Les hommes et les femmes adopteraient des comportements différents dès le démarrage du processus de recrutement. Quand plus de 67% de femmes déclarent ne pas avoir essayé de négocier leur salaire avant la prise de poste, ils sont seulement 51% d’hommes dans cette même situation. En entretien, elles sont 25%, contre 11% d’hommes, à déclarer ne « jamais » négocier un salaire en direct avec le recruteur. Ainsi, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à finir « par accepter le salaire proposé », plus de 39%, quand les hommes préféreront « stopper le processus de recrutement » en cas de non satisfaction du salaire proposé.

 

Calculez vous encore les primes avec Excel ? Retrouvez dans ce guide les  limites de l'outil et des solutions opérationnelles  Télécharger le guide

 

Négotraining, une formation pour apprendre aux femmes à négocier leur salaire

« L’écart de salaire avec les hommes est une injustice sociale qui a des répercussions économiques négatives, car les femmes se découragent et finissent par quitter les entreprises. Si ces dernières veulent attirer et garder les talents, elles doivent en avoir conscience. », André Sobczak, Directeur académique d’Audencia Nantes et co-titulaire de la chaire Responsabilité sociétale des entreprises de l’école - Article lacroix.com

994 Femmes ont déjà été formées à Négotraining et 5000 seront formées avant fin 2020

L’objectif de la formation Négotraining est de donner les clés de la négociation aux femmes désireuses de faire évoluer leur salaire à la hausse. Ce programme de formation à la négociation salariale spécialement conçu pour les femmes est mis en place par l’école Audencia Business School, soutenue par la métropole nantaise.

La formation s’articule autour de différents modules de 3h proposés à des groupes de 10 à 15 personnes. Comment mettre en avant son parcours professionnel ? Comment évaluer sa valeur sur le marché candidats ? Comment trouver la bonne position de négociation face aux recruteurs ? Quelle stratégie adopter pour obtenir le meilleur salaire possible ? etc..., toutes ces questions sont abordées dans le cadre d’exercices pratiques et de simulations d’entretiens menés par des experts de l’égalité professionnelle et des membres de la société civile (DRH, dirigeant.e.s, syndicats de salarié.e.s, etc...).

Marlène Schiappa est la marraine de la première promotion

Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l'Egalité entre les hommes et les femmes, soutient le projet Négotraining et devient la marraine de la première promotion de femmes formées. Cette formation, répond selon elle, à un vrai besoin identifié chez les femmes, « je tiens à saluer cette initiative qui permet de donner aux femmes les moyens de valoriser leurs compétences professionnelles et de réduire les écarts de salaire pour toujours plus d’égalité. C’est donc bien volontiers que j’accorde mon marrainage aux participantes de cette formation émancipatrice ».

Les prochains ateliers affichent déjà complets et plus de 500 femmes se sont inscrites sur la liste d’attente du programme de négociation. Parmi les participantes, on retrouve une majorité de femmes cadres ou exerçant des professions intermédiaires, des catégories socio-professionnelles fortement touchées par les écarts de salaires entres hommes et femmes, environ 24% d’écart de salaire sur une année. (« Femmes et hommes, l’égalité en question » Insee Références – Édition 2017)

Selon les organisateurs du Négotraining, à l’issue de la formation plus de 56% des participantes auraient réussi à négocier leur salaire dans le cadre de leur poste actuel ou lors d’un entretien d’embauche, parmi elles, 40% ont obtenu une hausse directe de salaire, 15% une prime et 9% une promotion interne nul doute que ce dispositif inédit en faveur de l’égalité professionnelle participera à une meilleure reconnaissance du travail des femmes et de leur place en entreprise.

 

Cette article vous a intéressé ? Consultez notre sujet : Egalité des salaires femmes-hommes, comment la rémunération variable peut y contribuer ?

 

Excel est-il vraiment votre allié ?  Feuilles de calcul sans fin, vérifications complexes, recalculs...   Découvrez notre guide sur le calcul de la rémunération variable  Télécharger le guide

A propos de l'auteur

Après 15 ans passés dans des postes de management opérationnels dédiés à l’efficacité commerciale dans de grands groupes, conscient de l’enjeu que représente la rémunération variable en termes de motivation, d’équité et de performance, je me consacre depuis 8 ans à la création et la refonte de dispositifs de primes pour les entreprises de tous secteurs d’activité.

Recevez notre newsletter

Articles similaires

31 juil. 2019

Droit à la déconnexion : se « déconnecter » du travail pendant les vacances

En 2017, 34% des hommes et 65% des femmes confiaient pratiquer la déconnexion totale pendant leurs congés. Ils sont respectivement 38% et 29% aujourd'hui. C'est chez les femmes que l'évolution est la plus flagrante (Étud...

04 juil. 2019

RSE et rémunération variable : poudre aux yeux ou réel levier d’action ?

Selon une étude réalisée conjointement par le groupe PwC et l’ORSE, l’Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises, 29 sociétés du CAC 40 lient critères RSE et salaires des dirigeants !

17 avr. 2019

L’Index d’égalité femmes-hommes, un bon outil pour en finir avec les écarts de salaire dans les entreprises ?

« L’index d’égalité femmes-hommes est une forme de progrès irréversible » - Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, au sujet de la loi sur l’avenir professionnel du 5 septembre 2018.

REJOIGNEZ LA DISCUSSION